Les origines du Tarot au fil des siècles

Point de départ

Les origines du tarot divinatoire sont entourées de mystère. Les cartes de tarot peuvent sembler délibérément opaques, avec leur iconographie séculaire associant un mélange de symboles anciens, d’allégories religieuses et d’événements historiques.

Pour les profanes et les sceptiques, les pratiques occultes comme la lecture de cartes ont peu de pertinence dans notre monde moderne. Mais un examen plus approfondi de ces œuvres miniatures révèle que le pouvoir de ces cartes ne provient pas d’une source mystique. Il vient de la capacité de leurs images statiques à éclairer nos dilemmes et nos désirs les plus complexes.

On ne le sait pas toujours mais l’histoire du Tarot nous apprend que le sens des cartes de divination change au fil du temps.  En effet, c’est la culture de chaque époque et les besoins des utilisateurs qui l’ont façonné. C’est en partie pourquoi ces jeux peuvent sembler si déroutants. Car la plupart d’entre eux font référence à des allégories ou à des événements familiers à des personnes ayant vécu il y a plusieurs siècles.

Le Tarot de Marseille

Les origines du Tarot de Marseille

Naissance du Tarot

Vraisemblablement originaire du XVIIe siècle, le Tarot de Marseille est l’un des types de jeux de tarot les plus courants.
Les jeux de cartes Marseillais étaient généralement imprimés avec des blocs de bois. Puis, plus tard, colorés à la main à l’aide de pochoirs. Mais l’utilisation de cartes pour une divination ludique remonte probablement encore plus loin. Au XIIIe siècle, provenant probablement de cartes de jeu apportées en Europe occidentale depuis la Turquie.

Origines de son utilisation

Dans les années 1500, l’aristocratie italienne jouissait d’un jeu connu sous le nom de «tarocchi appropriati». Les joueurs y recevaient des cartes de manière aléatoires et utilisaient des associations thématiques pour écrire des vers poétiques les uns sur les autres. Ils laissaient déjà leur ressenti prendre place au sein du jeu.
Même les premiers jeux de tarot connus n’étaient pas conçus avec le mysticisme à l’esprit. Ils étaient en fait destinés à jouer à un jeu similaire au bridge moderne. Des familles riches d’Italie ont commandé des jeux d’artiste coûteux appelés «carte da trionfi» ou «cartes de triomphe».

Ces cartes étaient composées d’enseignes (ce qu’on appelle les couleurs pour les cartes à jouer traditionnelles : pique, cœur, carreau et trèfle). Leurs enseignes étaient ici faites de coupes, d’épées, de pièces de monnaie et de bâtons de polo.
Puis les figures furent composée d’un roi et de deux subalternes masculins (le valet et le cavalier). Les cartes de Tarot ont ensuite incorporé la reine, 21 atouts, et le fou à cette structure. Ceci, pour donner un jeu complet qui totalisait généralement 78 cartes.  Aujourd’hui, les cartes d’enseignes sont communément appelées les arcanes mineurs, tandis que les atouts représentent les arcanes majeurs.

Découverte populaire du Tarot

C’est fin du XVIIIe siècle, qu’en France et en Angleterre, les adeptes de l’occultisme découvrent les cartes de tarot. Ils comprennent alors que le sens de l’imagerie était parallèle à la mécanique du jeu. Le tirage au sort des cartes créait un nouveau récit unique à chaque fois que le jeu était joué. Et les décisions que les joueurs prenaient influençaient le déroulement de ce récit. Chaque tirage de cartes donnait l’impression de créer son propre jeu !
L’utilisation du Tarot de Marseille arborait alors une dimension mystique. La légende de la Taromancie prenait enfin vie. Ses adeptes ont vu les images symboliques des cartes de Tarot comme ayant plus de sens que celles qui étaient utilisées auparavant. Ils ont alors utilisé les cartes comme un outil de divination.

Vous trouverez ci-dessous quelques arcanes majeurs du Tarot de Marseille choisis parmi les 22 existants.
J’ai ajouté en dessous les mêmes arcanes pris dans la Tarot Rider Waite (dont je vais parler plus loin) afin que vous puissiez les comparer. Vous constaterez que l’imagerie est similaire.

Le Tarot Rider waite

Les écrivains occultes ont commencé à écrire sur le sujet. Après cela, le Tarot faisait partie de la philosophie ésotérique. Les images ont été conçues pour refléter des aspects importants du monde réel dans lequel les joueurs vivaient. Et le symbolisme chrétien en évidence dans les cartes de Tarot est un reflet évident du monde chrétien dans lequel ils vivaient.
Les illustrations ont évolué pour mieux refléter la vie de leurs utilisateurs à mesure que l’usage divinatoire devenait plus populaire.

Les origines du Tarot Rider-Waite

Nous avons fait le point sur les origines du Tarot de Marseille. Mais un autre jeu de Tarot émergea. Le célèbre Rider-Waite est un des jeux de cartes exprimant le mieux cette évolution des illustrations. Omniprésent dans le monde anglo-saxon, il est toujours imprimé depuis ses origines (1909) et il a contribué à la montée du tarot ésotérique du XXe siècle.

Le jeu de Tarot Rider-Waite a justement été conçu pour la divination. Il comprenait un livre écrit par A.E. Waite dans lequel il expliquait une grande partie de la signification cabalistique derrière l’imagerie. Les cartes sont très illustrées, bien plus que sur le Tarot de Marseille. Encore plus particulièrement sur les arcanes mineurs.
La lecture des tirages fut ainsi plus facile, car prises ensemble, les cartes racontent alors une histoire en images. C’est cet élément narratif fort qui donne aux lecteurs quelque chose à retenir. En effet, il est relativement intuitif de regarder une combinaison de cartes et d’en tirer votre propre histoire.

Vous trouverez ci-dessous l’exemple de la suite des épées des arcanes mineurs (le Rider-Waite au dessus et le Tarot de Marseille en dessous). Vous constaterez alors que le Tarot Rider Waite est très illustré tandis que le Tarot de Marseille fait place au symbolisme.

Conclusion

Et bien que des historiens du Tarot publient chaque année de nouvelles informations sur les jeux de divination, il y a en réalité encore de nombreux trous dans l’histoire plus large des cartes de voyance.
Au milieu du XVIIIe siècle, les applications mystiques des cartes s’étaient propagées de l’Italie à d’autres parties de l’Europe. En France, l’écrivain Antoine Court de Gébelin a affirmé que le tarot était en fait basé sur un livre sacré écrit par des prêtres égyptiens et amené en Europe par des Tziganes d’Afrique. Mais les cartes de tarot étaient sûrement antérieures à la présence de Tziganes en Europe. Ceux-ci venaient peut-être d’Asie plutôt que d’Afrique.

Au final, personne ne peut donner avec précision ni l’origine du Tarot, ni le nom de son créateur, ou et comment il a été créée. Et personne ne sait vraiment à quelle fin ses cartes ont réellement été conçues  au départ. En fait, personne même ne sait ce que le mot “Tarot” signifie, ni à quelle langue il appartient.
En réalité, il s’agit d’un débat intéressant mais qui ne finira jamais. Voilà pourquoi j’ai tenté ici de faire une synthèse de ce qui se dit habituellement à son sujet.

En ce qui me concerne, c’est Le Tarot de Marseille que je préfère. Ses figures singulières sont fascinantes et appellent à la découverte. C’est le jeu de Tarot le plus énigmatique mais aussi celui qui me parle le plus depuis toujours. Sa symbolique est d’une infinie richesse et une vie ne suffirait pas à en comprendre la totalité des nuances.

 

 

Pour suivre mes actualités au jour le jour sur Facebook :
https://www.facebook.com/LaurianneWillowTarot

Ce qui est visible ouvre nos regards sur l’invisible

Anaxagore